Orientation : Faire son choix

Faire un choix c’est renoncer à des possibilités, pour s’engager pleinement et consciemment dans une voie. Le choix peut faire suite à des événements, des raisonnements, des motivations et des émotions qui nous poussent à nous positionner. A prendre partie, puisque ce choix justement exprime notre volonté de définir notre futur.

Nous, adultes, parents, sous-estimons souvent la difficulté que peut représenter le fait de faire un choix professionnel.

Mais choisir une voie en particulier, c’est renoncer à une multitude d’autres possibilités. A l’âge où tout est envisageable, tout est possible, tout en étant en plus attrayant, il est souvent difficile de se positionner et de renoncer à l’éventail d’opportunités que la vie nous offre.

Souvenez-vous également lorsque vous étiez adolescent comme la vie vous semblait longue, comme vous pensiez avoir le temps.

L’adolescence est un moment charnière dans la vie d’une personne. Grace à son développement neurologique, et à ses compétences de pensée, le jeune peut entre autres penser par lui-même, développer son empathie, avoir une réflexion sur lui-même, des capacités d’introspection, une projection dans le futur.

C’est ici et maintenant que le petit d’homme va devenir un Homme.

Pourtant ce jeune est également en proie à beaucoup d’émotions difficiles en lien avec ses hormones, le lien avec ses pairs et la sexualité naissante qui le pousse dans le sens inverse. C’est ici que l’adulte intervient en guidant et en soutenant l’adolescent dans son cheminement.

L’orientation, donc, en fait partie

Il me semble important ici de placer en première chose : le jeune doit être maître de sa vie et de ses décisions.

Parents, vous êtes les guides, les tuteurs, de vos petites plantes adolescentes pour leur permettre de rester sur une trajectoire saine.

Mais vous ne pouvez pas pousser à leur place.

Aider le jeune à faire ses choix, c’est replacer les conséquences qui en résultent dans ses mains, et donc dans sa responsabilité.

Quelle difficulté pour un parent de laisser son enfant faire ses choix et donc ses erreurs !

Mais à long terme, vous enfants ont besoin d’apprendre à choisir, à expérimenter et donc à réussir, ou échouer tout en étant seul responsable. Et d’en assumer les conséquences.

Ainsi, l’orientation commence par replacer l’enfant au cœur de sa vie, de ses choix et donc de son futur

En psychologie, nous observons que le positivisme et la mise en lumière des ressources est une technique très efficace.

L’orientation passe alors par cette deuxième étape : aider le jeune à se connaître, à produire une introspection guidée.

En discutant, créant, remplissant des questionnaires etc. nous aidons le jeune à définir ce qu’il est, et ce qu’il n’est pas, à comprendre son fonctionnement interne, ses valeurs, ses ressources.

Nous l’aidons à définir les valeurs qui guident ses actes, les événements qui lui déplaisent et pourquoi.

Cette étape est décisive dans le choix mais elle est surtout une partie prenante du développement, de la maturité affective.

Se connaître soi-même est à la base de toute vie équilibrée

Ne plus être soumis ou victime de ses émotions, de ses réactions, mais en devenir le maître et l’expert pour une meilleure gestion émotionnelle, un meilleur rapport au monde et aux autres.

Le meilleur atout d’une vie heureuse et la connaissance de soi.

Remplir ces tests est déjà un travail incroyable et fructueux, mais c’est aussi le travail de la psychologue d’aider la personne à les utiliser sur un autre niveau. En effet, forte d’expérience et détachée de tout lien affectif avec le jeune, la psychologue est à même de faire des liens, de donner du sens au fonctionnement interne de son client. Elle apporte une lumière différente et complémentaire.

Complémentaire car vous, parents, apportez une dimension tout aussi importante : l’histoire de vie de votre enfant.

Cette connaissance vous bloque parfois à voir et à accepter le processus de changement : votre bébé est devenu grand. Mais il amène aussi une profondeur, les racines, les valeurs familiales et avoir des discussions ouvertes et acceptantes avec votre enfant ne peut que l’aider à discerner ce qu’il est possible de faire.

La restitution donc, sert au jeune à rassembler en une image globale, harmonieuse et cohérente ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.

À partir de cette connaissance de qualité, le choix peut se faire sereinement.

Aider l’adolescent à se projeter dans un futur inconnu – le monde du travail – avec tout ce que cela implique au quotidien, de questionnement identitaire, de représentation sociale et monétaire, ne peut se faire qu’à partir de cette connaissance sereine de soi.

Le jeune peut alors explorer ses futurs possibles, le poids des études, ses rêves, et les confronter à la réalité de ce qu’il est… et faire un choix. Son choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.